Heureux les simples d’esprits

Ce matin j’apprends par ecosphère puis par le journal du net que nos chers députés souhaitent taxer les revenus publicitaires des sites Internet de 3%. C’est une affaire a multiple rebondissement qui date de presque un an.

J’avoue que je suis cette série avec pas mal de recul, je ne me sentais pas vraiment concerné car je pensais que ça ne concernait que les sites d’hébergement vidéo. Or ce matin je lis :

Les deux autres amendements, déposés par plusieurs députés PS et UMP instaurent une taxe due par tout “éditeur de services de communication au public en ligne”, d’un taux de 3 % de leurs recettes publicitaires pour financer une partie du manque à gagner dû à l’arrêt de la publicité sur France Télévision. Motif : comme les chaînes privées, les éditeurs de sites bénéficieront de la fin de la pub sur les chaînes publiques et doivent donc payer.

Sur ZDNet toutes les associations professionnelles font front. Asic, Geste, Renaissance Numérique, IAB… bref, tous les gros du secteur.

Aie… j’ai l’impression de rentrer dans le moule. Petit coup de stress, 3% c’est pas rien. Après une recherche rapide je tombe sur le texte de l’amendement

La taxe est calculée en appliquant un taux de 3 % à la fraction du montant des versements annuels, hors taxe sur la valeur ajoutée, afférent à chaque service tel que défini au I, qui excède 10 millions d’euros.
(…)
Pour autant, afin de ne pas peser sur la croissance des sociétés de l’Internet encore fragile pour les plus récentes, cette taxe ne serait applicable qu’au-delà d’un seuil de 10 millions d’euros de recettes publicitaires, et ne solliciterait ainsi que les grands portails et annuaires.

Bon ok… Comme souvent on communique par petit bout. On parle donc des “éditeurs de services de communication au public en ligne” qui font plus de 10 millions de recettes publicitaires. Et les 3% s’appliquent aux recettes qui dépassent les 10 millions.

Aufeminin a fait en 2007 environ 19 millions de revenus publicitaires et sera donc taxé à presque 1.5% (285’000 euros quand même). Mais plus de 99% (chiffre tout droit sorti de mon imagination mais qui ne doit pas être loin de la vérité) des sites français n’atteignent pas le seuil des 10 millions de recettes pub et ne seront donc pas concernés.

Je suis vraiment contre une taxe sur les sociétés Internet (je mets ça en gras pour que personne ne pense que mon but est de soutenir ces amendements ;), surtout pour financer la TV publique. Mais avant d’hurler avec tout le monde que le web est mort si cette loi passe j’aimerai avoir la liste des sites concernés et savoir exactement combien ça va rapporter à l’Etat…

Au fait Google est concerné pour ses activités en France ?

SARL : Société A Relations Libertines

Dauran est désormais le petit nom de ma nouvelle SARL. Je ne suis plus seul, je partage à 50/50 ce lourd fardeau avec mon associée. Et non ce n’est pas mon assistante blonde si sexy quand elle vous lance son regard triste…

Voilà donc une entreprise à deux dirigeants et sans employé. Que voulez vous c’est la crise, il parait que seuls les patrons gagnent beaucoup alors autant faire une boite avec que des chefs.

Les projets ne manquent pas que ce soit du côté technique ou marketing. Nous allons devoir innover, travailler et investir.

Dès que nous le pourrons nous investirons dans une machine Nespresso pour pouvoir travailler comme il se doit.

Nous investirons dans une console Wii pour pouvoir valider l’affichage des sites sur ce nouveau support qui représente quand même 0.005% des visiteurs. Nous ne laisserons personne sur le bord de la route.

Nous innoverons dans les méthodes de travail, nos premières réunions se sont déroulées en forêt. Quand les beaux jours reviendront nous n’hésiterons pas à aller brainstormer sur nos VTT dans les chemins de campagne.

Appel aux investisseurs et autres Business Angels : Si vous voulez profiter de la croissance exponentielle d’une Start Up dynamique et solide, si vous voulez nous accompagner jusqu’à l’introduction en bourse n’hésitez pas à me contacter. Notre business plan est rodé, notre besoin en financement est minime : une cafetière coûte à peine plus d’une centaine d’euros et la Wii guère plus.

Yes We Can !

Ainsi parlait Nostradamus

le CAC40 en 2010
le CAC40 en 2010

Hier j’étais à la soirée des Panthères. Une rencontre entre les notables du web qui décident en secret de ce que vous verrez sur Internet dans les prochaines années. Bien sûr, nous n’avons qu’un avis consultatif parce qu’à la fin c’est Google qui décide.

Entre deux discussions sur l’influence de Google et la monétisation avec Adsense un certain Marx m’a forcé à parier sur le cours du CAC40 dans 2 ans. Dans la précipitation j’ai répondu 2020 points. Après réflexion j’aurai du dire 1700 points.

Cet écart n’est pas bien important car Olivier a prévu un Indice à 3000 points dans 2 ans.

Un magnum de champagne est en jeu.

Un billet est déjà programmé pour sortir dans 2 ans afin qu’on n’oublie pas ce pari…

Twitter et la Crise

Evan Williams est interviewé sur Bloomberg, une chaine de TV moins passionnante que Cartoon Network ou Comedy Central je vous le concède.

Le CEO de Twitter est interrogé sur l’impact que pourrait avoir la crise sur Twitter. Pour Evan le trafic ne devrait pas baisser à court terme et il a levé des fonds (15 millions?) cet été en prévision de l’hiver capitalistique… Comme toujours certains sont plus au courant que d’autres…

Une petite hésitation lorsque la présentatrice lui demande son business model. Pour le moment ils se concentrent sur la croissance et vont probablement implémenter de la pub en 2009.
Il ne pense pas à une introduction en bourse… C’est un peu tôt. Et n’a pas vraiment peur de la concurrence actuellement.

Donc, comme beaucoup Twitter est armé financièrement pour passer la crise, reste à trouver un business model pour profiter de la reprise qui suivra…

Personnellement je n’arrive pas à trouver de source de revenu originale pour un service comme twitter. Je ne crois pas que la pub soit un système générant assez de $ pour faire vivre la société. Une marque blanche n’a pas vraiment d’intérêt vu le peu de technologie qui se cache derrière ce concept. Reste les compte premium “à la flickr” dans ce cas il faudra trouver un vrai plus à offrir aux membres…