Twitter en français booste le nombre de followers…

… mais pas chez moi.

Depuis que Twitter est en français l’outil de suggestion pour trouver des personne à suivre a évolué. Lorsqu’on choisit la langue française par défaut on peut voir sous le menu “trouver des gens -> Utilisateurs suggérés” une liste de comptes francophones. L’incidence n’est pas négligeable puisque les élus voient leur nombre de followers augmenter de 500 à 800 par jour.

En fait Twitter c’est comme la vrai vie, l’écart entre les riches et les pauvres ne fait qu’augmenter.

Analytics Intelligence

Un nouveau menu vient d’apparaitre sur mon compte Google Analytics : “Intelligence”. Tout un programme.

Cette nouvelle fonctionnalité donne des alertes lorsqu’il y a un changement significatif dans les statistiques. On a donc une vision rapide de la cause d’une baisse ou d’une hausse de trafic. C’est TRÈS pratique pour voir rapidement s’il y a eu un évènement extérieur qui a apporté des visiteurs ou au contraire une source qui commence à se tarir.

Ci dessus par exemple, un pic causé par quelques liens vers Mataf depuis des forums US… Bon ok, sur cet exemple je n’ai pas eu besoin d’alerte pour voir le pic.

Les alertes sont quotidiennes, hebdo et mensuelle.

Effondrement global de l’économie

Si ça c’est pas un titre accrocheur… Je copie colle une traduction approximative d’un article du Telegraph juste pour vous faire passer une bonne fin de semaine.

La SG a conseillé ses clients d’être prêt à un effondrement de l’économie mondiale au cours des deux prochaines années et à construire une stratégie d’investissement de défense pour éviter la destruction du capital.

Dans un rapport intitulé “le pire scénario de la dette”, l’équipe de gestion de la banque a déclaré que les plans de sauvetage de l’année dernière ont transféré du passif privé sur le public créant de nouveaux problèmes.

La dette globale est encore trop élevée dans la plupart des pays riches.
Dans le pire des cas le dollar va continuer a glisser, l’immobilier à tomber et le pétrole se retrouver aux alentour de 50$.

Le fardeau de la dette est supérieur à ce qu’il était après la guerre, le vieillissement de la population bridera la croissance. Le point de non retour semble atteint pour la dette publique.

Pour la dette privée, même avec un taux d’épargne de 7% il faudra attendre 9 ans pour revenir à un ratio dette/revenu équivalent à 1980.

Il y a des similitudes avec la crise japonaise des dernières décénies mais une grande différence. Le japon a pu se maintenir à flot grace aux exportations Or il n’est pas possible de suivre cette stratégie avec la moitié du monde en récession.

Les taux devraient donc être maintenu à des niveaux bas par la FED (j’ai déjà lu ça quelque part)

Ce rapport a semé le doute chez les clients des deux côtés de l’Atlantique. Beaucoup de hedge funds et banquiers sont inquiets.

Cet article fait suite à un autre lu sur Yahoo News (encore une traduction rapide)

Obama craint de trop dépenser pour relancer une économie fragile. Cela pourrait entrainer une double récession.

Trop d’allègement fiscaux (pour aider les entreprise à embaucher) pourrait aggraver les déficits et diminuer la confiance… Et donc entrainer un nouveau plongeon.

Sources :

Forex, une petite niche sur Internet

For my english friends : Google translation works for me 🙂

Je viens d’être contacté par un fonds d’investissement qui cherche à rentrer sur le forex. Ils gèrent 11 milliards de $, ont des participations dans des boites assez prestigieuses et quand on regarde l’organigramme il n’y a que des directeurs, des présidents et des associés. Bref, une boite à l’ambiance feutrée.

Même si la langue anglaise n’est pas mon amie, recevoir un coup de fil d’un vice-président-directeur-associé c’est très bon pour mon égo.

Je l’ai senti tâter le terrain, me flatter en parlant de leadership. Cependant j’ai assez rapidement jeté un froid en disant que je travaillais sur un site familial que ma valeur ajoutée étaient la stratégie, le trading et un peu de gestion de communauté mais que gérer une équipe c’était pour moi hors de question.

Là bien sûr, on est tombé d’accord sur le fait qu’il fallait que je trouve une personne pour monter une équipe et la gérer afin de développer l’entreprise. Ensuite on pourra discuter investissement.

Cette discussion tombe dans un contexte “mouvementé” pour les portails forex.

Mon pire concurrent, leader incontesté, et quasi confident non avare de conseil a posté un billet expliquant que 3 sites sur le forex étaient en vente. Un des 3 sites a une audience de 38’000 visiteurs uniques et 140’000 pages vues par mois. D’une autre source le prix serait de 1million d’euro edit: c’est pas du tout ça… Qui ne tente rien n’a rien.

Une explication serait que le marché du forex commence à ressentir les effets de la crise, par conséquent certains acteurs cherchent à sortir maintenant pour faire le maximum de profit. De plus il y a eu des grosses levées de fonds du côté des éditeurs de software pour le trading et des investisseurs commencent à s’intéresser aux sites de contenu, alors certains éditeurs pensent que la période est bonne pour sortir.

Michael Greenberg, un autre business blogger sur le forex, évoque une bulle sur le secteur des devises. Il devient très difficile de devenir broker et ceux qui sont en place ne veulent pas vendre ou à des prix astronomiques. Reste les portails qui, selon lui, ne dépassent pas 1 – 1.5million de $ de revenus annuel (je pense que les meilleurs sont un peu plus haut). Ce qui est très insuffisant pour un investisseur.

Yohay de forexcrunch termine la discussion en affirmant que l’intérêt du forex croît en même temps que la peur face à la crise.

Pour ma part je pense que de nouveaux portails vont voir le jour attiré par les profits. Cependant le marché est vraiment minuscule, même au niveau mondial. Donc, à moins de révolutionner le secteur, je ne vois pas trop comment les investisseurs retrouveront leurs billes.

Je l’ai déjà évoqué, et je l’imagine comme une porte de sortie pour moi, un des moyens les plus propres serait de se faire racheter par un broker pour devenir un relai de croissance. Un peu à l’image du rachat de Boursorama par Fimatex. C’est un des moyens les plus intelligents pour prendre des parts de marché et éduquer ses clients. D’ailleurs les plus gros brokers forex s’appuient sur des sites de contenu leur appartenant.

En attendant on va rester sur une structure légère et tant pis pour les investisseurs…

Comparatif Disque SSD et SAS 15000rpm

Suite à une surcharge permanente de mon serveur depuis quelques mois je songe sérieusement à le changer. Je vais rester chez OVH, je suis assez content de leur service depuis le début et mon dieu de l’infogérance qui m’a sauvé plus d’une fois ne travaille qu’avec OVH… Alors on ne change pas une équipe qui gagne.

A départ je pensais passer sur une architecture avec 2 serveurs. Le plan de dev pour modifier mes scripts était bien avancé. J’ai entendu parler de Memcached chez Mrboo, ce qui m’a rappelé un billet chez Koreus. Bref, j’ai passé une petite journée dans la doc de Memcached puis dans mon code pour voir comment je pouvais l’adapter chez moi. Et là c’est le coup de foudre… Je peux jeter mon sale système de cache maison qui fait planter ma machine contre un système de cache un poil plus sérieux utilisé par des petites startups qui montent (digg et facebook par exemple).

Mon architecture à deux serveur ne présentant plus beaucoup d’intérêt, je jette mon dévolu sur un serveur HG-2010. Reste à choisir le disque SSD 80Go ou SAS 15000rpm 300Go. Sachant qu’ils seront monté en RAID1 (disques miroir).

Le disque SSD est plus petit mais peut largement contenir mon site et mes bases de données si je n’utilise pas mon système de cache merdique. A priori ça ne devrait pas dépasser 10Go… Et même si ça double (peu probable) il me reste 60Go de marge.

Et là je tombe sur un comparatif très détaillé des disques SSD Intel X25-E SLC 32Go et SAS Seagate Cheetah 15000RPM 300Go.

OVH propose un SSD Intel X25-M (et pas E) et pas de référence pour le SAS. On dira que les disques SAS sont à peu près équivalents. Pour les caractéristiques des SSD :

  • X25-M: Read 65µs, Write 85µs, MTBF 1.2million heure, sequential read 250Mb/s, sequential write 70Mb/s. Voir la doc
  • X25-E: Read 75µs, Write 85µs, MTBF 2millions heures, sequential read 250Mb/s, sequential write 170Mb/s. Voir la doc

En gros les perfs sont équivalentes seulement le M écrit 2.5 fois moins vite. Je prendrais donc les résultats du comparatif et je diviserais par 2.5 pour les tests d’écriture et les tests de R/W (les résultats seront faux mais pas surestimés). Autre point, la durée de vie est plus faible… mais 1.2 million d’heure reste quand même raisonnable (en plus il y a la sécurité du RAID1).

Bref, voici les résultats du comparatif compilés et corrigés pour une utilisation mono-disque.

Les résultats d’écriture/lecture random sont, parait-il, plus proche de la réalité. Pour de l’I/O simple le SSD aurait un débit 240% meilleur (au minimum, certainement plus vu mon approximation). Pour de l’écriture sur base de données l’amélioration est de 650%, en lecture 2300%.

Bref, malgré les incertitudes de mes approximations le SSD semble meilleur sur tous les points.

Reste à savoir maintenant comment je vais configurer Memcached. Je vais avoir 48Go de RAM sur mon serveur, je pense allouer entre 8 et 12 Go pour Memcache, d’après mes estimations ça devrait être assez bien dosé (je compte bien utiliser le cache à fond). Par contre je n’ai jamais vu autant d’allocation de mémoire (en général c’est plutôt quelques Mo)… Ce sera donc la grande surprise sur les performances globales.

Si je travaille bien, le temps d’accès aux pages devrait redescendre sous la seconde (disque SSD + cache en RAM+ 3fois+de mémoire + proc plus puissant + eaccelerator = un peu mieux qu’avant?).

La nuit de l’info

En tant qu’ancien de Polytech Sophia et comme le projet me semble particulièrement sympa, je relaie l’info. Ils sont à la recherche de partenaires.

Nous renouvelons cette année la “nuit de l’info” et nous recherchons des industriels pour proposer des défis. En tant qu’anciens, nous comptons sur votre soutien dans cette quête.

A l’image des éditions précédentes, la nuit de l’info réunira dans la nuit du 3 au 4 décembre des étudiants de toute la France (et plus) pour se confronter sur un sujet commun découvert à la tombée de la nuit autour de différents défis (accessibilité, web2, architecture SOA, utilisation d’outils donnés, méthodes de développement, marketing, …)

Cette année le thème est Développement durable, Recyclage, Réseaux Sociaux & GreenIT. Tout un programme…

Quel est l’intérêt pour un industriel de proposer un défi?

Pour le coût d’une récompense offerte de son choix, il acquière une visibilité nationale sur plus de 250 participants répartis sur plusieurs villes (7 villes en 2008), de la publicité auprès des journaux et télévisions locales, il peut tester des étudiants, tester des idées, faire utiliser ses outils,  …. Ainsi les industriels bénéficient de la communication nationale, voire internationale de la nuit (des étudiants d’autres pays d’Europe nous rejoignent pendant la nuit Allemagne, Luxembourg et l’an dernier Canada) et peuvent profiter de cet évènement pour faire leur propre communication.

Quels défis? Quels prix? Quelle évaluation ?

Les défis sont lancés dans les domaines de compétences de l’entreprise (Qualité du logiciel, intégrateur, SOA, Systèmes embarqués, Interfaces Web, Ergonomie, Applications Mobiles, Marketing, greenIT, …). Les industriels porteurs de défis annoncent le défi proposé et la récompense offerte (des chèques cadeaux, un voyage, du logiciel, …). Ils évaluent aidés d’enseignants, les projets des étudiants selon leurs critères d’excellence, et récompensent l’équipe ayant le mieux rempli le “défi”.

Pour proposer des défis et avoir plus d’informations (voir http://www.nuitdelinfo.com/doku/defis/principles) ou mail à [email protected]. Pour diffuser autour de vous, une présentation à destination des industriels se trouve sous : http://nuitinfo09.polytech.unice.fr/doku/_media/infos/industriels.ppt

N’hésitez pas à passer soutenir les concurrents pendant la nuit.

J’ai le glaive vengeur et le bras séculier. L’aigle va fondre sur la vieille buse.

C’est l’histoire d’un petit garçon qui a décrété un jour que les friandises “c’est pas bon”. Comme il est très fier il ne veux pas revenir sur ce qu’il a dit et pique une  crise en tapant des pieds lorsque ses copains se gavent de bonbons sans lui.

C’est beau l’argent, je le sais, peu de monde crache dessus ça aide bien dans la vie. Mais voilà tout accepter « parce que c’est l’annonceur qui veut« , parce que c’est « bien payé« . C’est faire sa pute. Et encore je suis pas sûr que toutes les putes acceptent la sodomie juste parce que c’est payé 2000 euros (paraît que ça aide pas pour marcher haha).

Pour la source, je vous laisse chercher. En tout cas j’ai bien ris mais rassurez moi, c’est à prendre au second degré ?