Un nouveau business modèle

En 2003 lorsque j’ai lancé ma première société le business modèle était basé sur la vente d’abonnements à des news quotidiennes sur les marchés financiers. Pas assez d’audience, un marketing médiocre et l’aventure a duré 3 mois. Ensuite Adsense est arrivé et la pub a suffi a faire tourner la seconde entreprise. Depuis le chiffre d’affaire monte doucement mais surement.

Depuis la crise de 2007 vivre uniquement de la publicité a soudain paru un poil risqué. Le Forex n’a pas connu la crise mais j’ai vu les autres souffrir et parfois fermer. Début 2009 j’ai donc lancé assez discrètement un nouveau produit – un module pour une plateforme de trading- vendu sous forme d’abonnement. C’était tellement discret qu’en milieu d’année il n’y avait quasiment plus de mise en avant de ce produit.

Évolution du nombre de clients sur 1 an

Mais le nombre de client ne s’est pas effondré, il a même légèrement progressé. C’est encourageant pour la suite, j’ai donc mis le turbo.

Mon objectif est de faire 10% de mon CA avec les abonnements d’ici la fin 2011. Le début de la diversification.

Bilan 2009

C’est l’heure du bilan de l’année passée avec les prévisions pour 2010.

2009 a commencé en fanfare avec une poursuite de la forte hausse d’audience commencée fin 2008. L’apogée a été atteint en mars avec plus de 1.1 million de visites et quasi 4 millions de pages vues. Comme je m’y attendais il y a eu ensuite une phase de plateau et même un léger recul. J’ai vécu ça comme une petite traversée du désert, c’est toujours très difficile de stagner pendant 3 longs trimestres.

Globalement l’année se termine quand même très bien par rapport à 2008 avec une hausse de 50% sur les pages vues et 75% sur les visites. Le nombre de pages vues/visite a régressé, en cause une modification de la structure permettant aux visiteurs d’avoir plus d’info sur une page et donc d’avoir moins de clics à faire.

2009 a été marquée par de nombreuses pannes du serveur et de sérieux ralentissements. Une nouvelle structure matérielle et du dev a permis de redresser la barre. Depuis les changements, en décembre 2009, la courbe d’audience a repris le chemin de la hausse. Malheureusement la hausse depuis décembre n’est pas seulement due au nouveau serveur, ça serait trop simple. J’ai aussi rafraichi de nombreuses sections du site et la forte chute de l’euro dollar m’a donné un coup de pouce providentiel.

Attention c'est une échelle log

2009 aura donc été une année de consolidation, j’ai eu ma seconde baisse de la courbe trimestrielle d’audience depuis la création du site. Le nombre important de visiteurs m’a obligé à revoir la structure du site et a redévelopper certaines sections trop gourmandes en CPU. Le temps passé la dessus ne m’a pas permis de travailler sérieusement sur le contenu.

2010 sera une année de contenu, la structure du site me semble maintenant solide, la majorité de mon temps sera consacré à produire du contenu dynamique pour le site. Logiquement j’attends donc une montée douce de l’audience (5 à 10% par trimestre) dopée en majorité par le bouche à oreille. J’ai bon espoir de terminer l’année avec une audience de 1.5 million de visite pour le dernier mois et pourquoi pas 5 millions de pages vues.

Du côté stratégie je regarde de moins en moins ce qui se fait sur les autres sites. Je fais simplement un tour des confrères tous les 36 du mois pour voir s’il y a de grosses modifications et, éventuellement, trouver des sources d’inspirations. J’ai envie de construire un site pour mon usage personnel et de partager mon approche des marchés financiers, je pars du principe que si ce que je fais est utile pour moi ça le sera certainement pour d’autres traders. Petit moment de faiblesse, en voyant des sites communautaires se monter autour du forex j’ai eu la tentation de me lancer dans l’aventure et de suivre la mode. Si l’aventure peut être gratifiante et intéressante je doute de l’intérêt économique de la chose et je ne suis pas encore prêt à travailler à 100% bénévolement…

Si je tente de tracer ma route et de ne pas suivre les autres j’essaye quand même d’imposer mon point de vue. Je suis en train de mettre à disposition de ceux qui veulent mon contenu sous forme de widget. Si l’intérêt se confirme, normalement à la fin de l’année on devrait pouvoir placer sur n’importe quel site l’intégralité de mon contenu. 2011 sera l’année des clones ?

D’un point de vue personnel j’ai confirmé vouloir continuer travailler en famille sans salarié. Certes on avance moins vite mais le business modèle est bon, les visiteurs fidèles, l’envie de travailler intacte.

La vie de ce blog pourrait évoluer. J’envisage de publier en anglais… Pour le moment c’est simplement un projet. Pourquoi ? Les blogueurs que je lis le plus en ce moment et avec qui j’ai envie de partager ne sont pas francophones et la blogosphère anglophone est infiniment plus grande, surtout dans le milieu financier… Ce qui me retient ? je vais mettre deux fois plus de temps à écrire chaque billet.

Le grand huit

Ceux qui ont joué un peu sur le forex comprendront. Il y a des périodes durant lesquelles on sent qu’un mouvement va se faire, on sent la pression sans vraiment la voir. Généralement ces moments sont longs, le calme avant la tempête. Des soubresauts dans un sens puis dans l’autre nous font douter de notre ressentiment.

Puis une petite impulsion déclenche le mouvement et vlan ça part. La goutte fait déborder le vase. Et là on s’accroche, on suit en espérant que le mouvement ne s’inverse pas violemment. Puis vient la période de calme suivante.

Je suis en train de vivre le même scénario avec le business model de mon site. Depuis le début j’ai connu une tendance régulière. D’un coup tout s’est calmé et depuis plus d’un an j’ai l’impression que rien ne bouge. J’ai beau taper, secouer, tirer, pousser… rien.

Alors j’ai tout cassé pour aller sur un autre modèle. La goutte a fait déborder le vase, et là je m’accroche en espérant que le mouvement ne s’inverse pas violemment.

Je suis certain que j’ai raison mais j’ai quand même, comme toujours, la hantise de mettre le doigt dans le mauvais engrenage.

Et hier, pendant la journée où beaucoup de choses se sont jouées, j’étais coupé du monde à cause de la neige. J’en ai profité pour découvrir un restau que je conseille aux Grenoblois…

La négo

Voilà trois semaines que j’ai commencé une négociation commerciale. Je suis plutôt impulsif dans mes décisions et, généralement, si c’est pas bouclé rapidement j’ai tendance à passer à autre chose.

Trois semaines qui me semblent une éternité. D’autant plus que ça se passe par mail sur des fuseaux horaires difficilement compatibles. J’ai l’impression d’arriver au bout… C’est la troisième fois que j’ai cette impression.

Je ne suis pas un négociateur, je suis près à lâcher du lest pour avoir la paix plus rapidement. “Un tien vaut mieux que deux tu l’auras” dit la fable. Cette fois c’est important car ça m’engage fortement pour une longue durée j’ai donc lâché du lest mais pas trop… Juste assez pour ne pas me retrouver dans la position de l’entubé.

Il y a quand même un avantage de traiter par mail avec un ou deux échanges par vingt quatre heures. On a le temps de prendre du recul de se poser, de réfléchir et de bouger ses pions. Avantage qui devient inconvénient quand c’est à l’adversaire partenaire de bouger les siens.

Une négo en face à face est beaucoup plus rapide mais il faut être mieux préparé. Autant on peut convaincre sur le moment et faire une bonne affaire autant on peut se retrouver, dans l’euphorie, à signer un contrat qu’on regrettera après une nuit de réflexion (c’est souvent mon cas).

Cette fois on touche au but avec le pack win-win et tout le bordel qui va avec. Reste à rédiger un contrat en anglais.

SARL : Société A Relations Libertines

Dauran est désormais le petit nom de ma nouvelle SARL. Je ne suis plus seul, je partage à 50/50 ce lourd fardeau avec mon associée. Et non ce n’est pas mon assistante blonde si sexy quand elle vous lance son regard triste…

Voilà donc une entreprise à deux dirigeants et sans employé. Que voulez vous c’est la crise, il parait que seuls les patrons gagnent beaucoup alors autant faire une boite avec que des chefs.

Les projets ne manquent pas que ce soit du côté technique ou marketing. Nous allons devoir innover, travailler et investir.

Dès que nous le pourrons nous investirons dans une machine Nespresso pour pouvoir travailler comme il se doit.

Nous investirons dans une console Wii pour pouvoir valider l’affichage des sites sur ce nouveau support qui représente quand même 0.005% des visiteurs. Nous ne laisserons personne sur le bord de la route.

Nous innoverons dans les méthodes de travail, nos premières réunions se sont déroulées en forêt. Quand les beaux jours reviendront nous n’hésiterons pas à aller brainstormer sur nos VTT dans les chemins de campagne.

Appel aux investisseurs et autres Business Angels : Si vous voulez profiter de la croissance exponentielle d’une Start Up dynamique et solide, si vous voulez nous accompagner jusqu’à l’introduction en bourse n’hésitez pas à me contacter. Notre business plan est rodé, notre besoin en financement est minime : une cafetière coûte à peine plus d’une centaine d’euros et la Wii guère plus.

Yes We Can !

Sur le divan

J’ai toujours été attiré par les ordinateurs, plus précisément les jeux. En fait Depuis mon premier Apple IIe je ne me suis jamais arrêté de jouer.
Au début c’était load runner, karateka et plein d’autres jeux aussi passionnant les uns que les autres. Puis vinrent Doom et compagnie sur PC. J’ai eu une courte période need for speed avant de tomber dans Duke Nukem et Warcraft.
Warcraft est le jeu qui m’a le plus passionné. On gère des matières premières, on établit une stratégie sans connaître celle de son adversaire puis on se tape sur la gueule et le meilleur gagne.

Le lancement de Mataf a mis un frein à mes soirées de bourin en solo -l’arrivée des enfants a aussi fortement participé à ma désintoxication-

En fait, non, je continue de jouer mais dans la vrai vie avec un site web à la place d’un paladin et une audience pour mesurer le niveau. Je prends autant de plaisir à faire croître le site qu’à augmenter les niveaux et les points de vie d’un personnage virtuel. C’est pareil… Mon site est un jouet de grand.

Je n’ai quasiment jamais derrière la tête, hors moment de fatigue, une idée de business ou de millions de $. Ma principale préoccupation est la progression. Comme avant, je cherche des adversaires, on se tape sur la gueule et que le meilleur gagne.

Mon boulot se résume donc à un énorme jeu vidéo. Mon boulot, hein ? pas ma vie…

Ma façon de bosser apparaît souvent complètement décalée à mes interlocuteurs. Je sais que je pourrais avoir un chiffre d’affaire 3 ou 4 fois plus élevé mais ce serait au dépend de mon intérêt et ma motivation.

Je ne pense pas être le seul dans ce cas. Je me retrouve dans les billets de Patrice Cassard, que je ne connais que par ses écrits. Et je crois que si je m’attache autant à mon site c’est parce qu’il parait démotivé depuis qu’il a vendu le sien. Merci à lui pour cette leçon de vie.

Mes charentaises et moi

Est ce qu’on se rapproche d’une période de consolidation ? Ces derniers temps j’ai de plus en plus de demandes de rapprochement/fusion/achat de la part d’autres sociétés. Aucune proposition ferme mais on sent une fébrilité naissante.

Si ce genre d’approche est bon pour l’égo, j’avoue qu’il faudra me payer cher pour me sortir de mon train de vie pépère en charentaise. Car je veux pouvoir ne rien faire quand j’ai envie, continuer à brûler du kérosène, faire la grasse mat les lendemain de soirées qui finissent tard et la sieste quand j’ai trop mangé le midi…. Je ne veux plus rendre des comptes à qui que ce soit. On ne m’achètera plus en doublant mes revenus. Voilà qui est dit.

Quand je fais cette réponse ça jette souvent un froid dans la conversation. Je me heurte à l’incompréhension la plus totale. Comment justifier qu’on a plus d’ambition dans ses loisirs que dans son travail, que mon travail est un loisir et que je n’ai pas envie qu’il devienne un travail ? C’est compliqué hein ? Si je ne sais pas exactement ce que je veux je sais ce que je ne veux pas.

En général ensuite j’enchaîne en disant que je suis ouvert à toutes les propositions et négociations. Mais le charme capitaliste est déjà cassé et il y a rarement des suites…

Alors revenons sur un plan purement capitaliste, si un jour je vends ou fusionne il faudra que ça aille vite, que ça assure mes vieux jours et que ça ne m’entraine pas dans un nouveau job de forcené. J’y tiens à mes charentaises.

Source de l’illustration

Un bilan quelques jours avant la fin du premier trimestre

Mr et Mme de Neige

Le mois de mars compte 31 jours mais 5 week-end dont le celui de pâques. Ce ne sont pas des conditions idéales pour faire un mois exceptionnel pour l’audience d’un site. D’un autre côté les mois idéaux sont rares, cette année seul octobre compte 4 week-end, 31 jours et aucun férié.

D’après les échos de différents sites sur le forex le mois de mars s’annonce quand même très correct, les records d’audience sont battus un peu de partout. On peut mettre cette progression sur le compte de la dépréciation mondiale du dollar qui crée un gros buzz.

Chez moi, comme partout, les audiences ont augmentées significativement. Les indicateurs de qualité sont bien orientés, j’ai plus de pages vues par visiteurs, un taux de rebond en légère baisse, des visiteurs directs en augmentation, une durée sur le site qui progresse, le nombre de visiteurs qui viennent via les moteurs de recherche avec le mot clé Mataf (le nom du site) en forte progression. Et pour couronner le tout l’espace pub se remplit grâce au travail de mon nouveau partenaire.

Tout ceci serait merveilleux si je ne commençais pas à fatiguer… Ben oui commencer à 6h30 pour finir à 23h30 ça use. Je prends donc la décision de laisser tomber les 3 analyses quotidiennes pour ne plus en faire que 2, sinon je ne finirai pas l’année. Je garde quand même la possibilité de reprendre dans les périodes actives du marché des changes ou tout simplement quand j’en aurais envie.

J’ai quand même une solution pour compenser, je vais alimenter les publications d’un des plus gros brokers mondiaux. Voilà qui devrait stimuler ma croissance aux USA (qui se fait attendre).

En début d’année je publiais mes objectifs à 2 ans, j’ai déjà dépassé mon objectif 2009 (flèche bleue sur le graphe ci-dessous). Souhaitons que le chiffre d’affaire suive 😉

Un point sur Objectif Stratégie et Tactique de mai 2007.

L’objectif reste le même sinon c’est pas drôle : devenir leader de mon secteur en nombre de visiteurs et de membres.

La stratégie (actions à mettre en place pour atteindre l’objectif)… Exit la communauté, je me suis expliqué là dessus et quand je suis tenté d’y retourner (au moins une fois par mois) je relis mon billet. Le reste est toujours valable :

  • Développer des outils inédits
  • Me concentrer sur le marché des changes
  • Rester indépendant
  • Et j’ajoute de diffuser mon contenu sur un maximum de sites.

La tactique n’a pas vraiment évoluée.

Vous savez tout !

Alliance stratégique

Après 6 mois de négociation on s’est finalement mis d’accord. Je m’associe à FxStreet, un des plus gros site mondial d’information sur le forex (peut être même le plus gros). Pour faire simple ils deviennent ma régie de pub en exclusif et cette alliance devrait nous aider mutuellement à nous renforcer grace à des échanges de contenus, techniques…

2008 commence bien.

Voir le communiqué du CEO de FxStreet

Bilan de début d’année

Janvier vient de se terminer. J’ai enregistré un peu plus de 2 millions de pages vues et 440000 visites, record historique battu de 10%, 45% de progression depuis janvier 2007. Janvier est un bon mois avec souvent des indicateurs très positifs, février et ses 29 jours ne devrait pas être bon (3 jours de moins = 10% d’audience en moins), et si on suit le modèle des années précédentes le prochain pic devrait être en mai.

Les rentrées publicitaires me permettent d’envisager des investissements plus importants cette année. Pour le moment c’est à l’étude, je suis encore en phase de doute.

Côté positif :

  • La tendance ne faiblie pas
  • Les visiteurs restent plus longtemps sur le site
  • Beaucoup d’accès direct (30% de l’audience il y a un an et 35% aujourd’hui)

Côté négatif :

  • Audience difficile à internationaliser, ça va dans le bon sens mais lentement.

Un résultat surprenant :

  • L’audience croît mais j’ai toujours 10 abonnés par jour à la newsletter avec une régularité impressionnante depuis de nombreux mois. Pas moyen d’avoir une croissance du nombre d’abonnés.

Un début d’année sur les chapeaux de roue, ça regonfle le moral en attendant la période creuse…