Chrome, Firefox et Internet Explorer à égalité

D’après statcounter Chrome vient de passer devant Internet Explorer et devient ainsi le premier navigateur au monde. Firefox, quand à lui, avait perdu sa première place l’an dernier.

D’après mes propres stats Internet Explorer reste en pole position mais ses jours semblent comptés. J’ai une quasi égalité entre les trois principaux navigateur (audience principalement finance, la France est surpondérée = 25%, le reste de l’audience est assez bien répartie dans le monde). Les stats de la semaine dernière donnaient :

  • Internet Explorer 28.2%
  • Firefox 25.9%
  • Chrome 25.8%

Vu les tendances en cours je pense que l’ordre du classement va changer cet été.

Cette nouvelle est très intéressante car Chrome offre des services qui permettent une meilleure expérience de navigation aux visiteurs. Une des plus intéressante est le prerendering (qui fonctionne aussi avec firefox).

En gros le prerendering consiste à indiquer au navigateur une URL à précharger lorsque l’on estime que le visiteur a de grandes chance de cliquer sur un lien en particulier. Par exemple si un article est paginé on peut faire charger à l’avance la page suivante. Lorsque le visiteur clique sur le lien la page apparait instantanément.

Google utilise le prerendering sur son moteur en indiquant à Chrome de précharger une url lorsqu’il estime qu’un lien a de grande chance d’être cliqué, offrant ainsi au visiteur la sensation que le site se charge sans délai.

Et ce qui est bon pour le visiteur est aussi bon pour le site web à long terme.

Plus d’info sur le prerendering, et sur son implémentation sur le moteur de recherche

Quand on teste on fait attention au calendrier. Bordel !

Un jour il faudra que je fasse un bilan sur tout mon boulot autour de l’internationalisation d’un site. Ça fait maintenant plusieurs années que je me débat avec le référencement multilangue, j’ai ajouté les problèmes de duplicate content en créant un site par pays – ce qui m’a posé pas mal de soucis ces derniers temps.

Ma dernière modification vient d’une mise à jour de Google qui permet de spécifier la langue et la localisation des sites qu’on gère et de donner l’url des autres versions traduites et localisées. si vous gérez un site multilangue vous DEVEZ lire ça.

Comme on n’est jamais trop prudent j’ai commencé le test sur la version espagnole de forexticket – Espagne, bolivie, argentine, mexique… Google a été très rapide pour prendre en compte la nouvelle configuration car en quelques heures Google.bo ne renvoyait plus la version .es de forexticket mais la version .bo sur une requête avec le nom du site. Jusqu’ici tout va bien !

Bien entendu j’ai mis en place des critères de mesure d’audience pour mesurer l’impact de ces changements. Et on en vient au sujet de ce billet… Quand on fait des tests d’audience localisée on fait TRÈS attention au calendrier !

Cette semaine il y a eu

  • le 6 décembre : férié en Espagne
  • le 8 décembre : fêté en Espagne, Chili, Mexique, Argentine… bref quasiment tout les pays hispanophones.

Bien entendu l’audience s’est effondrée dans ces pays, comme chaque année, me causant un stress inutile. Je suis donc bien incapable de mesurer l’impact des changements cette semaine.

La magie des logos de Google

Le 10 septembre était lancé le grand collisionneur de hadrons (LHC, large hadron collider) en Suisse. Vous savez ce truc qui devait créer un trou noir et engloutir la terre. Tout ça a grand renfort d’articles de partout dans la presse mondiale. Ceci dit la couverture médiatique sur le LHC est ridicule à côté de celle qui a suivie l’arrivée de Sarah Palin dans la course à la présidentielle US.

Dans toute cette agitation Google a choisi de “fêter” le LHC avec un logo spécial. Et comme souvent un clic sur ce logo renvoyait sur la page de résultat de recherche “grand collisionneur de hadrons” sur le .fr et “large hadron collider” sur le .com

Je pense que ces mots clés relativement complexes ont du être rarement tapés dans l’histoire des moteurs de recherche, d’ailleurs Google trend détecte le mot en français uniquement le 10/09 et en anglais dans la semaine du 7 au 14/09. Et voilà ce que ça donne :

Sarah peut aller se rhabiller, un lien sur la home de Google est explosif en terme de recherche. D’ailleurs le mot clé en question se retrouve dans le top du Hot Trends USA (note en passant: les mots clés classé en 1 et 2 ne ressortent pas sur les courbes de GG trends… je pense à un bug de la liste hot trends)

Tout ceci est bien beau mais qu’est ce que ça donne sur les sites qui se retrouvent en premiere page du moteur sur le mot clé visé. J’avais identifié les sites du Cern (cern.ch) au niveau du google.com et lhc-france.fr sur le .fr

lhc-france.fr doit être proche de 0 visiteur en temps normal a vu sa fréquentation monter à 20’000 visiteurs uniques. Le cern.ch qui a environ 30’000 visiteurs uniques est monté a environ 1.7 millions de VU le 10/09.


Je pense que Google a contribué à plus de 90% de cette audience. Avec juste un lien sur sa home page vers une page de recherche il a réussi a envoyer vers les sites présents à ce moment là environ 1.5 million de visiteurs sur le .com et 30’000 sur le .fr

Le jeu va donc maintenant consister à trouver les prochains logos de Google et surtout les mots clés ciblés, pour se placer au mieux 🙂 Il faut aussi penser à prévoir un gros serveur, le “google effect” va catégoriser le “digg effect” au rang de micro pic.

le roi de la cour de récré

J’aurais pu titrer “télécharger Google chrome” pour moi aussi connaître l’effet grisant des sommets (au passage, Eric, j’espère que tu publieras tes stats sur ce mot clé ;). Mais non. J’aurais aussi pu parler de la sextape de Google Chrome nu dans la piscine. Mais non, d’ailleurs je ne sais même pas si c’est une femme ou un homme, voire un animal…

Ce n’est pas le but. Google a cette faculté de péter la gueule de beaucoup de gens, c’est le king de la cours de récré. Si tu as des belle bille bien brillantes il va venir, t’observer et dans le meilleurs cas te les acheter dans le pire des cas il va les reproduire chez lui en cachette et les feras encore plus brillantes.

Après avoir investi des le navigateur Maxthon, après avoir participer financièrement et techniquement au développement de Mozilla, Google a décidé qu’il serait plus rentable de sortir un nouveau browser plutôt que d’en acheter un.

Hier est donc sorti la bête du laboratoire, au premier jour elle a quasiment bouffé Opéra, et au train ou vont les choses

Le cas Wikio

Je rebondis sur l’article dans NetEco sur les 5 millions de visiteurs uniques de Wikio. Dans cet article on apprend aussi que Wikio dégage un CA de plusieurs dizaines de milliers d’euros par mois (donc de 20 à 90’000 euros, au delà on aurait parlé de centaine).

5 millions de visiteurs uniques c’est énorme, d’après une courte conversation avec Pierre Chappaz en juin ce chiffre est donné par Awstats. Je n’ai pas une grande confiance dans les analyseurs de log, la petite expérience que j’en ai c’est une surestimation des visiteurs. Ceci dit Alexa semble plutôt confirmer la bonne santé de Wikio.

2 millions de visiteurs uniques en France c’est beaucoup. Ca fait 66000 par jour. Il n’y a pas longtemps un billet de ce blog m’avait placé pendant environ 24h en une des blogs de Wikio, Et je viens de faire une vérification dans mes stats, j’ai eu  aucun visiteur qui est venu avec ce referer 75 visiteurs, j’ai d’abord pensé que la redirection cachait le referer mais non :

Soit Xiti me joue encore des tours soit aucun des 66000 visiteurs n’a cliqué sur le premier lien de la liste des blogs. Ou sont ils alors ? (edit :Xiti compte Wikio dans les moteurs de recherche)

Je pense quand même que les chiffres donnés par Pierre Chappaz sont corrects mais je soupçonne aussi que la majorité du trafic de wikio provient de Google, avec 1.260 millions de pages indexées le référencement doit apporter beaucoup de traffic. Ca ne m’étonnerait pas que le nombre de visiteurs en provenance des moteurs soit proche de 90%.

Le contenu a beau être de qualité – je suis utilisateur de Wikio quotidiennement – je pense que le business est fragile car le poids de Google est trop important. Le cas de BonWeb est éloquent. Je vous accorde que peu de business ne dépendent pas de Google, moi le premier.

Deuxième problème : rentabiliser Wikio.

A première vue il n’y a pas de publicité sur le site, proposer une nouvelle source semble gratuit, la seule source de revenu apparente se trouve sous l’onglet shopping. Quand on clique sur un lien dans la partie shopping, on est renvoyé sur le site marchand via une API de Yahoo. On retombe donc sur un business model “à la Kelkoo”, rentable et éprouvé. Note en passant, Pierre Kosciusko-Morizet a dit s’intéresser à Kelkoo et pourquoi pas à Wikio (moins gros et plus facile à digérer)

L’autre source de revenu possible serait de vendre du contenu à des gros portails avec un système de partage de revenu ou de forfait.

On pourrait aussi imaginer des liens sponsorisés qui pourraient être rentables si bien ciblés.

Je crois que mon choix se tournerait vers les deux premières solutions, la publicité sur un site comme Wikio ne me semble pas le choix à faire en premier mais il ne faut pas le négliger dans un deuxième temps.

Pour conclure ? Wikio est un gros site avec un gros potentiel mais une stabilité fragile, c’est mon avis et je le partage.