Une nouvelle ligne droite

Depuis hier je gère de nouveau la vente d’espace pub en direct. Les performances étaient loin de mes espérances en 2008, cette décision me semble donc naturelle. Comme je l’avais déjà écrit, la grande différence vient d’un contrat exclusif de longue durée avec un seul annonceur : FXCM. FXstreet, une société espagnole qui possède le portail leader mondial sur le forex, qui gérait mon espace pub l’an dernier pense que c’est une erreur stratégique car je ne peux pas maximiser les revenus publicitaires, que je perds mon indépendance, et que les annonceurs risquent de ne plus revenir si je ré-ouvre les espaces pub.

Je ne pourrais effectivement pas “maximiser les revenus publicitaires”. Mais je n’ai jamais été dans une course à la croissance. Je travaille en famille là où Fxstreet a une véritable industrie avec une trentaine de salariés.

“Je perds mon indépendance“… Certainement mais je gagne en visibilité à long terme.

Les annonceurs risquent de ne pas revenir“. Jusqu’à présent presque tous les annonceurs m’ont demandé de les prévenir rapidement lorsqu’un espace pub se libère. Et il y a toujours Adsense qui, même si ce n’est pas extraordinaire, donne toujours beaucoup plus qu’un smic à lui seul…

Pour le moment je ne me fais pas trop de soucis puisqu’en plus, d’après Google trends, je viens de toucher le portail leader (cf le graphe ci dessus, forexfactory est un forum et dailyfx le site de contenu de mon annonceur)

Dans cette guerre d’audience Fxstreet compte lancer un site en français. Ils ont l’avantage d’avoir eu accès à 100% de mes stats pendant 1 an ce qui devrait leur donner un petit plus stratégique. Mais Mataf sera certainement moins touché que mes confrères en .fr vu que mon taux de croissance vient d’Amérique du Nord et d’Asie (véritable coeur d’audience du marché du forex).

Ma marge de progression d’audience est encore très élevée. Fxstreet compte 700’000 visiteurs uniques par mois, je suis à moins de 10% derrière mais j’ai un taux de croissance supérieur de 5 points (s’ils font +10% je fais +15%). Je devrais donc les dépasser ce trimestre. Par contre ils ont plus de visites par visiteurs et donc plus de pages vues, là encore l’écart se réduit rapidement.

Côté revenu, les espagnols comptaient sur un chiffre d’affaire de 4.1 millions de dollar en 2008. Ce qui me laisse penser que j’ai vraiment intérêt à continuer de creuser aux USA et en Asie, là ou les courtiers sur les changes se trouvent en majorité. Même si leur chiffre d’affaire vient en partie d’une activité d’apporteur d’affaire (ils touchent un pourcentage des gains des brokers durant toute la vie du client) ce que je ne compte pas faire tant que je resterais seul.

Si je résume : mon contrat pub sur 2 ans me permet de me concentrer sur le contenu. Cette stratégie d’un contenu de qualité plutôt qu’en quantité est très bénéfique sur l’audience. Mon objectif de passer devant tout le monde gagne donc en crédibilité… A terme je ne pense pas développer à outrance le chiffre d’affaire par contre le site pourrait devenir intéressant pour un groupe média ou un broker.

J’adore jouer à ce jeu d’échec sur le web.

Estimer la valeur d’un site Internet (bis)

J’essaye d’estimer la valeur de mon site Internet et après de nombreuses discussions avec pas mal de gens différents j’avance dans ma réflexion.

Avant de lire il faut bien comprendre que j’estime un site Internet sur lequel je travaille seul, donc tous les bénéfices représentent mon revenu. Je n’ai pas de salarié et peu de charges en dehors de l’hébergement et de quelques factures de sous-traitances.

Un expert comptable m’a donné une méthode pour estimer rapidement l’ordre de grandeur de la valeur d’un site :

Une première approche que vous pouvez faire tout seul, si vous avez établi le bénéfice annuel de ce que vous rapporte votre site:

  •   Otez au bénéfice que vous en avez tiré, le salaire brut, – multiplié par 2,5 – , que vous verseriez à un technicien qui y aurait passé le même temps que vous.
  •   divisez le résultat obtenu par 0,0947. (Le résultat doit rémunérer l’apport au moins au taux moyen de rendement des obligations du secteur privé (0,0447) augmenté d’une prime de risque pour l’apporteur (0,05).)

Cette valeur est assez proche de la réalité si tout laisse à penser que le niveau de bénéfice sera identique durant les prochaines années …..

Cette méthode de calcul est une bonne approche si on achète un site en espérant toucher des dividendes chaque année (9.47% de rendement). Par contre elle tient compte uniquement du dernier bilan et non pas du potentiel de croissance.

En mixant un peu tout j’arrive avec 5 estimations différentes, toutes sont correctes dans leur raisonnement mais les écarts sont assez importants. Pour illustrer tout ça j’ai fait un exemple basé sur mes données mais les chiffres ont été modifiés, ce ne sont pas mes vrais revenus.

Voici le tableau d’évolution du chiffre d’affaire, des dépenses  (hébergement…) et des bénéfices. Je donne les résultats sur 3 ans et la prévision pour les 5 prochaines années :

J’estime que pour me remplacer je devrais prendre un informaticien et un analyste à temps partiel. Le tout pour un salaire de 45’000 euros annuel (c’est bien payé), soit 112’500 euros avec les charges (on multiplie par 2.5)

  • Estimation par comparaison : J’avais arbitrairement décrété 1€ de CA = 10€ de valo
    En 2007 CA = 276’135€ donc la valo est de 2’761’350€
  • Estimation par amortissement sur 5 ans : J’estime que l’investissement doit être amorti en 5 ans.
    Salaires versés sur 5 ans : 112’500 x5 = 562’500€
    Bénéfices prévus sur les 5 prochaines années : 2’385’273€
    Valo estimée = 2’385’273 – 562’500 = 1’822’773€
  • Estimation selon Expert comptable : L’investissement doit rapporter 9.47% par an
    Salaire de remplacement : 112’500€
    Bénéfices au dernier bilan : 253’772€
    Bénef réel estimé = 253’772 – 112’500 = 141’272€
    Valorisation : 141’272 / 0.0947 = 1’491’790€
  • Estimation selon expert comptable en tenant compte du potentiel de croissance sur 5 ans
    Salaire de remplacement : 112’500€
    Bénéfices moyen prévu sur les 5 prochaines années : 477’054€
    Bénef réel estimé = 477’054 – 112’500 = 364’554€
    Valorisation : 364’554 / 0.0947 = 3’849’574€
  • Estimation selon expert comptable en tenant compte du potentiel de croissance sur 2 ans
    Salaire de remplacement : 112’500€
    Bénéfices moyen prévu sur les 2 prochaines années : 366’435€
    Bénef réel estimé = 366’435 – 112’500 = 253’935€
    Valorisation : 253’935 / 0.0947 = 2’681’472€

Moyenne des valorisations :  2’481’374€

Toutes ces méthodes donnent des valorisations très différentes. Si je me mets côté vendeur je ne peux exclure le potentiel de croissance dans la valorisation j’exclue donc la méthode comptable, et du côté acheteur je peux difficilement prendre en compte une projection sur 5 ans (surtout sur Internet). La méthode par comparaison est un peu ésotérique. La dernière estimation semble un bon compromis, elle se rapproche d’ailleurs de la moyenne (et de la méthode par comparaison…).

Un achat d’un site, avec de tels résultats et une perspective de croissance continue sur au moins 2 ans, pour un peu plus de 2.6 millions d’euros devrait rapporter environ 10% par an à l’acheteur. De plus l’acheteur a la perspective de faire une plus value importante s’il revend le site dans les 2 ans.

A force de réfléchir là dessus, je pense que cette réflexion est correcte.

Dans mon cas le site est intéressant car il pourrait rémunérer des salariés et continuer à faire des bénefs pour les actionnaires. De plus le taux de croissance est important et continue depuis longtemps de qui donne des perspectives de plus values intéressantes. Je suis dans le cas idéal.

Dans le cas d’un site qui ne ferait pas de bénef après avoir payer son/ses salarié(s) la valorisation serait donc uniquement basée sur le potentiel de croissance (si en plus il n’y a pas de potentiel de croissance je ne vois pas l’intérêt de l’acheter !). Les revenus sont donc plus aléatoires puisque uniquement basés sur des projections. Il faudrait donc estimer une valeur future et déduire un rendement. C’est un peu ce qui se passe dans la valo des sites “Web2.0” qui n’ont pas encore de revenus décent mais qui sont valorisés très chers car on voit en eux un potentiel sans limite… Pure spéculation. Des fois la spéculation paye (ou pas)

Un site peut faire des bénefs sans avoir de potentiel de croissance. Dans ce cas les bénéfices devront être conséquents pour intéresser les investisseurs. Pas de croissance sur Internet = pas cool.

Vous êtes arrivés jusqu’au bout sans mal de tête ?

Estimer la valeur d’un site Internet

En ce moment j’essaye de donner une valeur à mon site internet sur le forex, cette valorisation devra me servir de base de négociation pour l’arrivée de nouveaux actionnaires. Estimer la valeur d’une entreprise est moins simple qu’il n’y parait, il existe de nombreuses méthodes. En cherchant un peu on peut rapidement trouver quelques recettes :

  • L’approche comptable, je ne l’ai pas trouvée dans mes recherches mais un chef d’entreprise m’en a parlé. La valeur de l’entreprise est basée sur sa capacité de s’amortir sur une période donnée. Par exemple si on considère que le site doit s’amortir en 5 ans et qu’il fait 100’000 euros de benef par an sa valeur est de 500’000 euros (mon exemple est très caricatural).
  • L’approche dynamique se base sur le potentiel de l’entreprise. Dans le web le potentiel est très important, la valeur de l’entreprise est donc basée sur un chiffre d’affaire futur.
  • L’évaluation patrimoniale se base, comme son nom l’indique, sur le patrimoine de la société. Pour un site Internet cette approche n’est pas la mieux adaptée.
  • L’évaluation par comparaison. C’est le plus simple surtout qu’on trouve des exemples de sites vendus ou cotés en bourse assez simplement.

Si vous voulez avoir une estimation rapide l’approche comptable combinée à l’évaluation dynamique est assez simple à faire. Prenons un amortissement sur 5 ans (la norme semble être entre 5 et 7), et vos projections de résultat sur 5 ans. Vous calculez vos benefs prévus et cumulés sur 5 ans et vous avez une estimation de la valeur de votre société.

Autre estimation rapide : l’évaluation par comparaison. J’ai fait un tour rapide des sites dont je connais le CA, l’audience et dont la valeur est connue (soit par un rachat soit par une capitalisation boursière). J’arrive à cette équation très simplifiée :

1VU mensuel = 1€ de CA annuel = 10€ de valo

VU = Visiteur unique, à ne pas confondre avec Visite !

En gros, vous avez 1 million de VU ce mois ci, vous devez faire un CA d’environ 1 million d’euro cette année et votre site vaut 10 millions d’euros.

Quelques exemples :

  • Doctissimo : 7.5m de VU, 11m€ de CA, valo 117m€
  • Aufeminin : 21m de VU, 21m€ de CA, valo 221m€

Ceci s’applique aux sites qui vivent en grande partie de la pub. Bien entendu c’est à prendre avec précaution, ce système ne fonctionne pas parfaitement mais donne un ordre de grandeur. Il existe un nombre de facteur important pour affiner l’évaluation : importance du dirigeant dans la réussite de l’entreprise, stabilité du nombre de visiteurs, qualité des annonceurs, nombre de pages vues par visiteur, nombre de visites par visiteur, thème du site…

Pour ma part la méthode par comparaison donne une valeur 1.9 fois plus élevée que la “comptable dynamique”. L’écart est important mais j’ai en tête un ordre de grandeur.