Estimer la valeur d’un site Internet (bis)

J’essaye d’estimer la valeur de mon site Internet et après de nombreuses discussions avec pas mal de gens différents j’avance dans ma réflexion.

Avant de lire il faut bien comprendre que j’estime un site Internet sur lequel je travaille seul, donc tous les bénéfices représentent mon revenu. Je n’ai pas de salarié et peu de charges en dehors de l’hébergement et de quelques factures de sous-traitances.

Un expert comptable m’a donné une méthode pour estimer rapidement l’ordre de grandeur de la valeur d’un site :

Une première approche que vous pouvez faire tout seul, si vous avez établi le bénéfice annuel de ce que vous rapporte votre site:

  •   Otez au bénéfice que vous en avez tiré, le salaire brut, – multiplié par 2,5 – , que vous verseriez à un technicien qui y aurait passé le même temps que vous.
  •   divisez le résultat obtenu par 0,0947. (Le résultat doit rémunérer l’apport au moins au taux moyen de rendement des obligations du secteur privé (0,0447) augmenté d’une prime de risque pour l’apporteur (0,05).)

Cette valeur est assez proche de la réalité si tout laisse à penser que le niveau de bénéfice sera identique durant les prochaines années …..

Cette méthode de calcul est une bonne approche si on achète un site en espérant toucher des dividendes chaque année (9.47% de rendement). Par contre elle tient compte uniquement du dernier bilan et non pas du potentiel de croissance.

En mixant un peu tout j’arrive avec 5 estimations différentes, toutes sont correctes dans leur raisonnement mais les écarts sont assez importants. Pour illustrer tout ça j’ai fait un exemple basé sur mes données mais les chiffres ont été modifiés, ce ne sont pas mes vrais revenus.

Voici le tableau d’évolution du chiffre d’affaire, des dépenses  (hébergement…) et des bénéfices. Je donne les résultats sur 3 ans et la prévision pour les 5 prochaines années :

J’estime que pour me remplacer je devrais prendre un informaticien et un analyste à temps partiel. Le tout pour un salaire de 45’000 euros annuel (c’est bien payé), soit 112’500 euros avec les charges (on multiplie par 2.5)

  • Estimation par comparaison : J’avais arbitrairement décrété 1€ de CA = 10€ de valo
    En 2007 CA = 276’135€ donc la valo est de 2’761’350€
  • Estimation par amortissement sur 5 ans : J’estime que l’investissement doit être amorti en 5 ans.
    Salaires versés sur 5 ans : 112’500 x5 = 562’500€
    Bénéfices prévus sur les 5 prochaines années : 2’385’273€
    Valo estimée = 2’385’273 – 562’500 = 1’822’773€
  • Estimation selon Expert comptable : L’investissement doit rapporter 9.47% par an
    Salaire de remplacement : 112’500€
    Bénéfices au dernier bilan : 253’772€
    Bénef réel estimé = 253’772 – 112’500 = 141’272€
    Valorisation : 141’272 / 0.0947 = 1’491’790€
  • Estimation selon expert comptable en tenant compte du potentiel de croissance sur 5 ans
    Salaire de remplacement : 112’500€
    Bénéfices moyen prévu sur les 5 prochaines années : 477’054€
    Bénef réel estimé = 477’054 – 112’500 = 364’554€
    Valorisation : 364’554 / 0.0947 = 3’849’574€
  • Estimation selon expert comptable en tenant compte du potentiel de croissance sur 2 ans
    Salaire de remplacement : 112’500€
    Bénéfices moyen prévu sur les 2 prochaines années : 366’435€
    Bénef réel estimé = 366’435 – 112’500 = 253’935€
    Valorisation : 253’935 / 0.0947 = 2’681’472€

Moyenne des valorisations :  2’481’374€

Toutes ces méthodes donnent des valorisations très différentes. Si je me mets côté vendeur je ne peux exclure le potentiel de croissance dans la valorisation j’exclue donc la méthode comptable, et du côté acheteur je peux difficilement prendre en compte une projection sur 5 ans (surtout sur Internet). La méthode par comparaison est un peu ésotérique. La dernière estimation semble un bon compromis, elle se rapproche d’ailleurs de la moyenne (et de la méthode par comparaison…).

Un achat d’un site, avec de tels résultats et une perspective de croissance continue sur au moins 2 ans, pour un peu plus de 2.6 millions d’euros devrait rapporter environ 10% par an à l’acheteur. De plus l’acheteur a la perspective de faire une plus value importante s’il revend le site dans les 2 ans.

A force de réfléchir là dessus, je pense que cette réflexion est correcte.

Dans mon cas le site est intéressant car il pourrait rémunérer des salariés et continuer à faire des bénefs pour les actionnaires. De plus le taux de croissance est important et continue depuis longtemps de qui donne des perspectives de plus values intéressantes. Je suis dans le cas idéal.

Dans le cas d’un site qui ne ferait pas de bénef après avoir payer son/ses salarié(s) la valorisation serait donc uniquement basée sur le potentiel de croissance (si en plus il n’y a pas de potentiel de croissance je ne vois pas l’intérêt de l’acheter !). Les revenus sont donc plus aléatoires puisque uniquement basés sur des projections. Il faudrait donc estimer une valeur future et déduire un rendement. C’est un peu ce qui se passe dans la valo des sites “Web2.0” qui n’ont pas encore de revenus décent mais qui sont valorisés très chers car on voit en eux un potentiel sans limite… Pure spéculation. Des fois la spéculation paye (ou pas)

Un site peut faire des bénefs sans avoir de potentiel de croissance. Dans ce cas les bénéfices devront être conséquents pour intéresser les investisseurs. Pas de croissance sur Internet = pas cool.

Vous êtes arrivés jusqu’au bout sans mal de tête ?

13 Replies to “Estimer la valeur d’un site Internet (bis)”

  1. Très très intéressant. Merci beaucoup de nous avoir rapporté les propos de ton expert comptable ! Voilà de quoi alimenter nos propres réflexions. Et effectivement, je pense qu’il est bon d’avoir toutes ces méthodes de valo sous les yeux pour pouvoir argumenter dans le cadre d’une négo.

  2. Dans ton cas, puisque tu “transfere” la propriete de toi a une boite que toi tu possedes, tu n’aurais pas interet a minimiser la valeur pour des raisons fiscales?

  3. Pour un apport il faut prendre la valeur comptable. Je verrai avec un expert comptable quelle est la meilleure manière, après c’est de la soupe de chiffre indigeste pour moi….

  4. Bonjour à tous,

    Permettez-moi d’apporter mon grain de sel en tant que praticien de terrain.

    Arnaud, dans le cas de votre site Web aucune des cinq méthodes classiques identifiées n’est raisonnablement applicable. Votre expert-comptable aurait pu également vous parler, pour suivre sa logique, de la technique d’évaluation des entreprises émérgentes ainsi que de la méthode de l’earn-out, deux techniques qui seraient plus pertinentes dans le cadre de votre projet d’apporter votre site Web dans le capital d’une nouvelle structure à créer.

    Mais de toutes façons aux yeux d’éventuels business angels (investisseurs providentiels) susceptibles d’entrer dans le capital de la structure que vous vous apprêtez à monter (Sébastien a eu une bonne intuition à ce sujet), seules leurs propres méthodes empiriques d’évaluation auront cours. Les méthodes empiriques procèdent à un calcul de la valeur de l’entreprise à terme sur la base des perspectives de rentabilité et de développement contenues dans le business plan de la start-up qui ouvre son capital.
    En ce sens, on n’est pas loin de l’approche dynamique que vous énonciez, mais avec quand même toute une série de différences.

    Quentin est plus proche de la réalité des investisseurs quand il préfère se baser sur un RN annuel plutôt que sur le CA. Mais ici encore les professionnels de l’investissement à risque y apporteront quelques nuances…
    Ceci dit, tabler sur le postulat 1 EUR de RN annuel = 12 EUR de valo me semble à priori réaliste. Bien que d’expérience, pour votre secteur d’activité je pencherais plutôt vers le multiple 16, mais appliqué sur une moyenne des trois derniers exercices précédent ma sortie du capital (Je raisonne en tant que business angel).

    Fort heureusement pour comprendre les méthodes empiriques des capitaux-risqueurs privés in n’est pas nécessaire d’avoir un DESS. Leurs méthodes sont plus simples sans être simplistes. Par ailleurs “Monsieur Glob” a également raison; l’évaluation est plus un art qu’une science et puis, “valeur” et “prix” ne sont pas synonymes!

    Le plus simple dans votre cas serait de vous demander plutôt combien serait prêt à mettre un investisseur pour entrer dans le capital de votre nouvelle société.
    Mais vous devez impérativement savoir que peu lui chaut votre volonté (souci) d’amortir et de vous rémunérer “normalement”. Cela n’entre pas en ligne de compte dans sa logique d’évaluation. Retenez donc que salaires+charges sociales+ impôts et dépenses n’entrent pas dans sa façon de valoriser votre start-up.

    Pour vous donner un avant-goût de ce que peut valoir (à la grosse louche votre société) je vous dirai, en supposant (uniquement à titre d’exemple) que je veuille rentrer dans votre capital en janvier 2008 et en sortir en janvier 2012, tout en réalisant un plantureux bénéfice et en misant sur le fait que votre entreprise réalisera un bénéfice net de 500 000 euros dans 5 ans, que la valeur postmoney (une fois que j’aurai injecté du cash dans votre projet) de votre start-up est de 1 050 000 EUR.
    Sur cette base, et tenant compte que je suis prêt à mettre 250 000 EUR dans le capital de votre nouvelle société, j’estime pouvoir demander en échange de mon investissement 24 % des parts.

    Je n’ai pas le temps de développer davantage mon raisonnement cette fois-ci, mais si vous êtes intéressé j’y reviendrai.

    Cordialement,
    Carl
    Ingénieur-conseil financier
    Spécialiste en valorisation de start-up

  5. Salut seb, est ce que tu as tout lu ? en particulier la ligne “les chiffres ont été modifiés, ce ne sont pas mes vrais revenus.”

    D’autre part je connais quelques sites qui font plus de 45k€ par mois avec une audience équivalente à celle décrite ci dessus.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *