La vision de Tarik Krim sur l’avenir du web

Mediapart donne une très intéressante interview de Tarik Krim. Le fondateur de Netvibes donne sa vision du Web futur. Il est toujours bon de savoir ce que pensent les “gourous du web” car ils inspirent pas mal d’entreprenautes.

Tarik Krim pense qu’Internet passe d’un modèle d’audience à un modèle d’attention. Il faut de plus en plus retenir les visiteurs. Jusqu’ici rien de neuf sous le soleil, la croissance du nombre d’internautes ralentit -au moins en Europe et aux USA- vu qu’on approche du seuil des 100% de connectés, pour continuer de progresser les sites Internet devront donc retenir plus longtemps leurs visiteurs.

Or Tarik affirme que personne ne maitrise l’attention, les visiteurs passent facilement d’un site à l’autre.

Il faut donc savoir “étendre sa bande passante” en essaimant son contenu via des flux RSS, widgets, etc… D’ailleurs dans le futur la page Internet comme nous la connaissons aujourd’hui disparaitra au profit des widgets.

Pour conclure il aborde la monétisation comme une terra incognita.

Si le raisonnement tient la route je pense qu’on est plus proche d’un comportement de Geek que de monsieur Toutlemonde. Comme pour tous ceux qui utilisent les flux RSS naturellement Tarik semble négliger la majorité des internautes qui ne connaissent pas ces technologies (d’ailleurs il mentionne que les pages Netvibes de personnes comme Scoble fonctionnent mieux que les pages des gros médias). En effet le gros de l’audience du web provient des moteurs de recherche (entre 25 et 50% suivant les sites), moi même étant un utilisateur acharné des flux RSS je consulte beaucoup de sites en passant par des requêtes sur Google. L’autre gros morceau de l’audience provient des accès directs.

Les flux RSS et autres widgets sont pratiques pour recevoir de l’information comme on consulte le journal TV. Or le RSS n’est pas encore grand public et en observant autour de moi je ne pense pas que son utilisation sorte des internautes avertis, les gens préfèrent consulter la page d’accueil des sites d’info.

En dehors des flux d’information, Internet est beaucoup utilisé pour rechercher des renseignements. Là encore en observant des internautes de base (c’est à dire ceux qui ne passent pas 10 heures par jour en ligne) on se rend compte qu’Internet sert à savoir comment on taille les rosiers, à chercher une chambre d’hôtel ou un billet de train, à savoir si tel lecteur de DVD est un bon produit ou encore comment soigner la diarrhée du petit dernier. Pour mettre tout ça en widget il faudra se lever tôt.

Tarik Krim défend sa paroisse en affirmant que les pages Internet disparaitront au profit des widgets. Je pense que dans le meilleur des cas ils représenteront une source d’audience parmi d’autres mais qui ne devrait pas dépasser les accès par liens externes… Donc toujours loin derrière les accès directs et par moteurs de recherche. Ce n’est pas à négliger mais ne dois pas être une priorité.

L’autre argument contre la propagation des widgets est fourni par Tarik himself : monétisation = terra incognita. J’ai beau tourner le problème dans tous les sens, la monétisation passe par de la pub ou la fin de la gratuité de l’info. Je ne crois pas en la fin de la gratuité de l’info (excepté pour des flux professionnels) et la pub risque d’être trop intrusive dans un format comme le widget.

Vous l’aurez compris, je ne crois pas en une révolution de ce genre sur Internet. Tarik a certainement raison sur la façon dont les gens recevront de l’info mais il oublie le gros d’Internet qui est la recherche de l’info, et là on passe encore par Google.

5 Replies to “La vision de Tarik Krim sur l’avenir du web”

  1. Tarik prêche effectivement pour sa paroisse. J’ai a peu près la même analyse que toi : je ne vois pas du tout le grand public se mettre au RSS et utiliser internet essentiellement par le biais de widgets… Une requête google de temps en temps ainsi qu’une liste d’une dizaines de sites favoris suffisent à beaucoup d’internautes, la très grand majorité même.

    Ce qui me surprend encore, c’est comment Netvibes a réussi à lever autant d’argent alors qu’aucun business model n’a encore vu le jour.
    Tarik a levé ces 16M€ il y a plus d’un an et demi et toujours rien. C’est que monétiser un tel service ne doit pas être facile facile…

  2. Non, le raisonnement ne tient pas la route… car dans le cas des lecteurs de flux RSS ou des widgets que propose Netbvibes, l’attention de l’internaute n’est plus sur le site même de la source… mais sur Netvibes.com : c’est donc un hold-up de visiteurs que propose Tariq!

  3. @Romain, c’est le fonctionnement des startups (je crois que j’ai lu ça chez LeMeur) on finance pour avoir de l’audience ensuite on monétise… L’objectif est d’avoir beaucoup d’audience rapidement.

    @Julien, c’est ce que je pense aussi. D’ailleurs les flux RSS de la plupart (tous ?) des sites dont le financement se fait pas la pub sont tronqués. Hors de question de donner mon contenu à des sites que je n’ai pas choisi.

  4. encore une escroquerie à la française. netvibes! le jour où les investisseurs verront qu’ils mettent des sous dans des canassons boiteux.
    si j etais karim de netvibes je vendrais ma compagnie pendant qu il en est encore temps.
    c est quand meme incroyable de voir que les business angel qui gagnent au bas mot 10 000 € par mois sont aussi dupes.
    dans le monde des subventions et levées de fonds tout est copinage. le talent ne sert à rien. La france ne pourra jamais progresser avec cette caste de médiocres qui s’autoalimentent à coup d’argent gaspillé.

  5. Zack, je te sens aigri. Il n’y a pas que les levées de fonds dans le web. Une partie des entreprises se finances grâce à des prêts bancaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *