L’audience des sites financiers en temps de crise

Je ne voulais pas faire un billet sur l’audience en temps de crise mais ce que j’observe est assez exceptionnel pour le partager. Pour ceux qui ne le savent pas encore je gère un site sur le forex (terme tiré de l’argot financier qui désigne le marché des changes) depuis 2003. Je fais donc parti de ces personnes qui ont en permanence 4 écrans devant leurs yeux dont la moitié contiennent des cours boursiers et l’autre moitié des flux de news.

Il m’est arrivé de publier mes stats. L’audience du site progressait régulièrement de 40 à 50% par an avec une parfaite régularité. C’était sans compter sur la crise actuelle.
Le nombre de visiteurs des sites financiers a connu une hausse exponentielle ces dernières semaines. D’après les infos que j’ai les sites boursiers (qui traitent des actions) connaissent des progressions beaucoup plus importantes que les sites qui parlent du marché des devises… Boursorama en a d’ailleurs fait les frais en étant resté difficilement accessible les jours de grande volatilité. Je n’en suis pas encore là mais mon serveur est mis à rude épreuve ces derniers jours.

Souvenez vous, j’avais anticipé une progression régulière de l’audience pour atteindre 500’000 visites par mois fin 2009 et 600’000 fin 2010. Ces objectifs ont été dépassés puisque j’ai eu plus de 630’000 visites en septembre et Xiti me pronostique environ 740’000 pour Octobre. Visuellement ça donne ça sur du long terme (avec anticipation de Q4 2008):

Et un zoom sur cette année montre parfaitement l’impact de la crise sur l’audience.

Je ne sais pas pour vous mais je me demande ce que donne l’audience d’un site comme boursorama en ce moment… D’ailleurs il n’y a qu’à voir le nombre de recherche sur les mots clés bourse et boursorama.

Comme je le disais tous les sites sont touchés. Voilà ce que donne Alexa sur quelques sites sur le forex :

Fxstreet semble le plus bénéficier de la vague. La progression de leurs stats est en fait équivalente en % aux miennes mais leur public est plus centré sur les USA, d’où une meilleure progression sur Alexa.

Sur les premières heures de cette semaine mes stats sont 15 à 20% au dessus de celles de la semaine dernière, la hausse ne semble donc pas faiblir. Il se pourrait que je fasse 2 fois plus de visiteurs qu’au début de l’été. C’est à la fois réjouissant et inquiétant.

Réjouissant car je me dit que je fais parti de la hausse et que mon taux de progression est dans la bonne moyenne. Je ne suis donc pas un complet manchot.

Inquiétant car un jour ou l’autre ça va s’inverser, et si une hausse est facile à gérer, une baisse est difficile à encaisser. Même si j’y suis préparé, le moral en prend toujours un coup. De plus il n’est pas évident que tous les annonceurs tiennent le coup (même si je sais qu’ils font des bénéfices comme jamais en ce moment).

10 Replies to “L’audience des sites financiers en temps de crise”

  1. Dans ce genre de situations, le leader gagne toujours plus. Mais effectivement même en étant 10ème sur le mot clé Bourse (après avoir été 4ème arghh) ca a a ramené énormément de monde et sur toutes les requêtes

  2. Comme quoi, le malheur des uns fait le bonheur des autres (si je peux me permettre un tel raccourci 🙂

    Je suis curieuse de voir comment tout cela va évoluer à deux ou trois ans, parce que j’imagine qu’on n’est pas sortis de l’auberge… enfin de la crise…

  3. “même si je sais qu’ils font des bénéfices comme jamais en ce moment”, je trouve cette remarque aberrante. Désolé pour le Hors sujet.

    Pour revenir au sujet de ton post, tu as réussit a choper un maximum d’adresses mails ? Car c’est bien d’avoir du trafic entrant, mais si tes visiteurs arrivent pour repartir et ne jamais revenir 🙁

  4. S’enrichir sur le dos du contribuable ou des entreprises qui vont payer plus d’impôt je trouve cela totalement inacceptable.

    Bien pour le taux d’inscription, moi j’ai souvent l’effet inverse, plus de trafic, baisse du taux d’inscrits en raison de la baisse de qualification de ce trafic.

  5. Je pense qu’on ne parle pas de la même chose. Les sociétés dont je parle ne s’enrichissent pas sur le dos du contribuable, elle ont seulement une forte activité dans les périodes de volatilité sur les marchés financiers.

  6. Donc elles se servent de la volatilité des marchés financiers pour s’enrichir, donc indirectement des actions des états pour sauver les banques.

    Je suis loin d’être un expert, le raisonnement est surement simpliste, mais en tout cas ca me choque.

  7. euh… non. Les société en question sont des brokers. Quand il y a de la volatilité les traders sont plus actif donc les brokers enregistrent plus de transaction donc gagnent plus d’argent.
    La volatilité ne vient pas des actions des états mais d’une crise financière.

    Je ne comprends pas pourquoi personne ne devrait gagner quand il y a une crise. Dans ce cas il est aussi choquant de voir des gens perdre quand il n’y a pas de crise…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *