Le pessimiste se plaint du vent, l’optimiste espère qu’il va changer, le réaliste ajuste ses voiles

Le pessimiste se plaint du vent, l’optimiste espère qu’il va changer, le réaliste ajuste ses voiles

Quelle jolie formule. Ça pourrait devenir ma nouvelle devise après

Si ton labeur est dur et que tes résultats sont minces, rappelle-toi qu’un jour le grand chêne a été un gland comme toi.

Je l’ai trouvée chez la mouette

Et en ces temps neigeux et pour rester dans la poésie des devises et en raccord avec la mouette

Quand le goeland se gratte le gland, c’est qu’il va faire mauvais temps. Quand il se gratte le cul, c’est qu’il ne fera pas beau non plus !

2 Replies to “Le pessimiste se plaint du vent, l’optimiste espère qu’il va changer, le réaliste ajuste ses voiles”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *