Sortie de piste

Sortie de piste

Depuis le début de l’année je suis en formation de pilote privé sur avion monomoteur. Il y a peu de temps je faisais mon premier vol solo,  aujourd’hui j’ai effectué mon second solo sur un autre type d’avion. L’exercice était relativement simple et répétitif puisqu’il se limitait à des tours de piste : décollage, tour de la piste, atterrissage.

Au cinquième atterrissage j’ai eu des fortes vibrations, l’avion est devenu incontrôlable et ça s’est terminé par mon premier (et j’espère dernier) accident. Une sortie de piste sans conséquence, ni moi ni le matériel ont été endommagés.

En quelques secondes je suis passé de la piste au gazon entouré de gendarmes, pompiers et personnel de l’aéroport. Je m’entends encore dialoguer à la radio

“-je suis sorti de la piste, je suis sorti de la piste”

“-éteignez tout et sortez immédiatement, éloignez vous de la piste”.

Je suis resté sonné pendant quelques minutes. Ce n’est pas tous les jours qu’on fait un tête à queue avec un avion.

Après une vérification de l’avion je suis reparti pour un dernier tour avec l’instructeur, il parait que c’est ce qu’il faut faire pour ne plus avoir peur lors des vols suivants.

Source photo

20 Replies to “Sortie de piste”

  1. Il y a beaucoup d’analogie entre le pilotage d’un avion et d’une entreprise. Il faudrait que je fasse un billet sur ces points communs.

  2. tu as bien fait
    qq un de ma famille a eut ce genre de souci (résonnance entre l’avion et la piste = rebonds) et du coup elle a abandonné à 2 vols de la fin et n’a jamais osé reprendre
    c’est dommage !

  3. Grrrrrrr alors ! Content que tu n’ai rien 🙂

    Moi qui voulait te demander de m’emmener à Paris pour le prochain Panthère’s Club le 25 septembre, finalement le TGV c’est pas mal (rires). Pas grave, revole vite cela restera comme une frayeur qui te rendra encore plus vigilant…
    Le Forex, c’est moins risqué non ?

    /Olivier

  4. Content qu’il n’y ai pas de dommages. Tu as du également donner des frayeurs à ton instructeur 🙂
    Sans préjuger des conclusions de l’enquête du BEA, quelles sont les causes à ton avis ? Vent de travers ? Trop cabré ? Atterrissage trop rapide et perte de contrôle au roulage ?

    Bons vols.

  5. Il n’y aura pas d’enquete du bea vu qu’il n’y a pas de casse. C’est un incident et pas un accident.
    Je n’ai vraiment aucune idée de la cause, d’après tout ce que j’ai entendu sur ce genre d’incident et ce que je me souviens j’ai peut être tapé la roulette de nez un peu fort… Ensuite j’ai freiné par réflexe ce qui a mis du poids à l’avant alors que j’aurai du tirer le manche pour soulager la roulette. C’est ma conclusion, elle vaut ce qu’elle vaut.

  6. La sortie de piste c’est la hantise de tout pilote (la panne au décollage aussi, enfin pour moi).
    J’en suis passé assez près une ou deux fois.

  7. J’ai un peu d’appréhension pour mon prochain atterrissage solo. Mais je crois que la panne au décollage doit être plus impressionnante quand on arrive à s’en sortir.

  8. D’après ce qu’on m’a dit j’ai tapé trop fort la roulette de nez. Mais il y a beaucoup de causes possibles, c’est un des défauts des DR400

  9. Il m’est arrivé .. exactement la même chose a Toussus il y a moins de 6 mois.
    Pour d’obscures raisons, j’en étais a mon troisième type d’avion depuis le début de ma formation, TB9 , PA28, et maintenant C172 G1000, avec une quarantaine d’heures au total.
    Après le 5ème tour de piste , atterrissage pour un toucher un peu à gauche de l’axe, remise des gazs un peu rapide, mauvaise gestion des effets moteurs , pas assez de pied a droite, ca part a gauche, pied a droite puis pied a gauche m’ont fait parcourir 40 m sur le gazon. Tres peu de casse, a part un spot sur le coté de la piste. gendarmes , pompiers, Une enqueteuse du BEA dépêchée d’Orly dans la 1/2h, mon instructeur, et le patron de l’école ! Tu baisses un peu la tete, tu regardes beaucoup tes pieds, et puis ton instructeur te dit qu’il faut repartir tout de suite pour ne pas rester la dessus , je nettoie l’avion, et repars deux heures plus tard.
    j’ai aujourd’hui 120 heures de vol, suis passé sur Cirrus, et ça vole plutôt pas mal !

    bon courage pour la suite.

    Ben.

  10. Le 172 SP 180 CV , environ 115 knots , 11 gallons par heure , soit 10,4 nautique par gallon. cout de loc environ 220€/h, soit 1,9 € / nautiques tout compris

    le SR22 310CV, environ 180 kt, 17,5 gallons par heure, soit 10,2 nautiques par gallon, cout de loc environ 370€/h soit 2,05€ / nautique tout compris … mais en allant beaucoup plus vite ! (prix de l’avidyne. avec le perspective c’est un peu plus cher..)

    Le pb du Cirrus est qu’il décroche beaucoup plus tot qu’un cessna (60 kt pleins volets vs 40 kt pour le cessna) et beaucoup plus violemment, mais aussi qu’étant tres technique, il est plus propice a la panne. Tu as bien sur le parachute, qui peut t’aider dans certaines situations. le cessna atterit beaucoup plus court, et sur tout type de pistes. le cirrus n’aime pas trop le gazon..
    Disons que pour aller vite de A à B tu prends le Cirrus, et que pour faire une petite ballade pépère et prendre des photos tu prends le Cessna, les ailes hautes etant plus pratiques pour voir en bas (mais beaucoup moins pour guetter les avions quand tu es au point d’arrêt !)

    PS : un petit atterrissage assez correct avant hier a granville 😉

    http://files.getdropbox.com/u/1622963/26072009031.mp4

  11. C’était pas un doublon ? Je vais voir si je peux le remettre.
    C’est wordpress qui l’a mis de côté automatiquement et en général j’envoie tout à la benne !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *