Zlio, 2008 annus horribilis ?

Avant toute chose, n’y voyez aucune coïncidence avec (Annus horribilis c’est année horrible en latin… ça c’est pour les cancres)

Souvenez vous, il y a un an Zlio levait 4 millions de dollars, il y avait alors 100’000 boutiques, un CA de l’ordre  de 55’000 euros mensuels.

Un peu de moins de 6 mois plus tard Zlio passait les 200’000 boutiques. Mes estimations étaient alors de 130’000 euros de CA et je pensais qu’ils allaient arriver entre 850’000 et 1 million de boutiques fin 2008 pour un CA de l’ordre de 250/300’000 euros. Dans les commentaires on avait évoqué la possibilité de blacklistage par Google à cause du trop grand nombre de boutiques identiques. Peu de jours après Zlio était sérieusement filtré par le moteur de recherche.

Aujourd’hui Zlio annonce 278’348 boutiques, on sera bien loin des 850’000 que j’attendais pour la fin de l’année.

Il y a quelques jours Google nous a sorti un outil qui permet de mesurer l’ampleur de la sanction qu’a subit Zlio.

Zlio lève 4 millions en Juillet, en septembre 100’000 visiteurs uniques (VU) quotidiens sur le domaine zlio.com puis une descente aux enfers pour arriver vers 10’000 VU. Ouch.

Zlio.net semble être mis en avant, les autres sous domaines ont du mal à percer. Globalement le trafic sur les boutiques a du être divisé par 4 (je ne compte pas les noms de domaines propres à certaines boutiques).

Je suppose que le CA de Zlio a du suivre une pente similaire. Si c’est le cas il devrait se trouver vers 25’000 euros mensuels. Si on déduit les commissions aux affiliés il ne reste pas grand chose pour faire tourner la boutique.

Si ce dernier point est une pure hypothèse de mon imagination, le chemin parcouru par Zlio doit bien mettre en évidence le danger de monter un business en s’aidant de Google. Je trouve Google très puissant et pertinent mais une mauvaise interprétation des guidelines et hop on dégage. D’où mon travail acharné pour fidéliser les visiteurs et trouver de nouvelles sources d’audience. Google devant être la cerise sur le gateau (bon, ok, la cerise est plus grosse que le gateau pour beaucoup de monde).

Et dans un an, où sera Zlio?

37 Replies to “Zlio, 2008 annus horribilis ?”

  1. Wouch, sévère analyse… Même si je partage en partie ton point de vue.
    Curieux de voir ce qu’en pense Jeremie !

    Ps : Euh, quelle est la case à cocher pour recevoir les follow up des comments sur ton blog ? La 1ere, la 2eme, les deux ? Par très clair…

  2. ce qui serait aussi intéressant c’est de savoir quelles erreurs ont été commises par zlio pour se retrouver blacklister par google comme cela ?

  3. Je suppose… enfin j’espère que Zlio n’avait pas que cela comme business model et qu’ils ont d’autres sources de trafic que GG ne peut voir.

    Sinon pour être blacklisté comme cela, pas trop difficile. Créer 200.000 sous domaines dont les 3/4 sont totalement vides… c’est assez rapide 🙂 D’ailleurs est-ce du blacklistage ? Je veux dire par là “y’a t-il un intérêt pour l’internaute de trouver 200.000 boutiques avec quelques changements d’une boutique à l’autre ?” Perso je n’en vois strictement aucun.

  4. Ouch,

    les sites web dont le business model est en partie indépendant de Google vont vraiment valoir leur pesant d’or.

    Arnaud, ce serait intéressant que tu nous fasse part de tes actions pour fidéliser / attirer des visiteurs sans utiliser Google.

  5. En lisant le titre, j’étais sûr que l’article aurait un rapport avec Gtrends. Chouette, ça augure de bien d’autres articles du même type :).
    J. Berrebi viendra-t-il répondre ?

  6. Ouch, … cela dit, je pense que tout le monde a un peu le même problème : Google représente une part gigantesque du traffic “incoming” sur chacun de nos sites, et nous ne sommes vraiment pas à l’abri d’un coup de semonce du géant multicolore!

  7. @Nikkel l’analyse est sévère mais les stats données par Google trends sont impitoyables.
    Bonne question pour le “Subscribe to comment”, j’en ai enlevé un pour tester.

    @Denis, Sébastien a répondu. 200’000 boutiques donc certainement une grande partie identiques. et hop. Et ce n’est pas vraiment un blacklistage mais un filtre.

    @Sébastien, le business model de Zlio semble basé sur le nombre de visiteurs x ROI. A moins d’être en marque blanche ailleurs je ne vois pas ce qui peut le sortir de là.

    @Thierry, j’en ai déjà parlé. On vois que tu suis ;)… Je publie sur de nombreux sites une partie de mes analyses, j’envoie des newsletters, je suis très régulier (le plus possible) car les gens aiment avoir leur lecture à heure fixe.

    @Al-Kanz, j’ai vu d’autres trucs sympa sur Google trends.

  8. @Julien, exact, j’ai beau essayé de faire ce que je peux pour avoir plus de visiteurs directs et via des liens. Google amène toujours la même proportion de visiteurs chez moi. Je ne m’en plains pas mais parfois ça fait peur.

  9. @Nikkel merci le ” “Subscribe to comment”” est corrigé. J’ai renvoyé le développeur.

  10. Arnaud, faut remettre le suscribe, car là on/je ne reçoit/s plus rien, alors que tout était rentré dans l’ordre.
    C’est quoi les autres trucs sur Google Trends ? 🙂

  11. Severe dans tes analyses, et avec tes développeurs, il me semble…
    Dauran : 2008 Annus “Severis” ? ;o)

    Déçu de voir ne pas encore voir de réaction de la part de Jeremie. Ceci dit il semble vouloir relancer quelque peu ses public relation via son blog qui reprend un rythme un peu plus soutenu, après récent relooking… We will see.

  12. Je viens de recevoir le commentaire de Nikkel (alors que les précédents ne m’étaient pas parvenus). Quelle efficacité 🙂

  13. C’est bien un blaklistage (que j’ai vêcu personellement) car assez étrangement toutes les noms de domaine ont été impactés peu à peu sauf zlio.net qui continue a être présent dans les premiers résultats google (ce blacklistage est venue suite aux sanctions des sous domaines par google et par la trés mauvaise idée de zlio du shoproll qui a créé de nombreux liens entre les boutiques d’un même genre…).
    Alexa montre le même graphique que google trends.
    Les boutiques astore ont elle eu la même sanction ?.
    Le fait de prendre un nom de domaine propre fait sortir du blacklistage mais cela prends bien évidemment du temps à remonter la pente…

  14. @Al-Kanz, je n’ai rien fait. Parfois c’est magique le web 🙂

    @Nikkel, c’est moi le développeur 🙂

    @dora, intéressant ce shoproll. J’ai remarqué quand même qu’il y a beaucoup de “nofollow” sur les boutiques Zlio, est ce la réponse au blacklistage?
    Autre point, avec une boutique Zlio on dépend de Google ET de Zlio, c’est donc peu stable pour du long terme.

  15. Quelqu’un peut il m’expliquer comment faire pour avoir les chiffres sur la droite dans google trends? j’ai beau essayé, je n’y arrive pas :-S

    Désolé de faire le boulet…

  16. Sympa tout cet engouement autour de Zlio…

    Comme certains d’entre vous l’ont remarqué, j’ai relancé mon blog ces dernières semaines…Tout ceci n’est pas pour rien.

    Je ne peux pas en répondre en détail sur Zlio pour l’instant de peur de vous dévoiler ce que nous préparons 😉 mais plusieurs points pour aller à contresens de l’analyse:

    1. Nous poussons nos utilisateurs désormais à disposer de leur URL propre via à un partenariat avec Register.com. Les boutiques Zlio sont donc désormais réparties sur plus d’un millier de domaines différents (impossible à voir sur Alexa ou autres). Si vous êtes inscrit à Zlio, vous ne pourrez pas passer à côté de cette annonce.

    2. Nous avons déplacé notre contenu français sur Zlio.fr ce qui a aussi contribué à la chute visible ici.

    3. Oui Zlio est filtré bizarrement certaines fois par Google alors que ce n’était pas le cas avant septembre mais nous allons rémédier à ça avec le lancement du nouveau Zlio. Depuis septembre, il est impossible d’avoir une boutique avec un sous domaine Zlio.com

    4. Zlio est un modèle tout neuf, quasiment unique au monde. Nous avons des concurrents à l’étranger mais nous explosons leurs stats et de loin. Il est certain que nous avons encore beaucoup de choses à améliorer et à changer (notamment l’amélioration de la qualité/valeur ajoutée des boutiques qui est pour nous l’une des priorités)….mais je ne ferais pas les mêmes prédictions que toi sur les mois à venir 😉

    Pour suivre tout ce qu’il va se passer, ça sera sur mon blog : http://www.berrebi.org

    Ceux qui arriveront à lire entre les lignes comprendront peut être rapidement ce qu’il va se passer.

  17. “Les boutiques Zlio sont donc désormais réparties sur plus d’un millier de domaines différents”
    C’est pour ça que j’ai précisé “je ne compte pas les noms de domaines propres à certaines boutiques”
    Par contre on ne connait pas la proportion du nombre de visiteurs de ce millier de domaines parmi les 270’000 boutiques (un peu moins de 0.4%).

    Zlio.fr ne semble pas drainer une audience énorme, le tier de Zlio.com d’après Google.

    Mes anticipations se basent sur des données estimées. Ça fait beaucoup d’incertitudes. Par contre avec mes activités j’ai l’habitude de regarder les tendances de fond, et le décrochage de l’audience ne reflète pas une situation extrêmement positive (au contraire même). Ceci dit il peut y avoir le même décrochage dans l’autre sens… ce n’est plus de la prédiction mais de la divination. Ça je ne fais pas.

  18. Permettre à chaque utilisateur d’utiliser son propre nom de domaine n’aura qu’une incidence relative sur Google qui continuera de voir que ces milliers de sites sont hébergés sur le(s) même(s) serveur(s). La conjonction des différentes solutions avec du No follow partout peut permettre de revenir dans le jeu mais comme l’ont souligné les commentateurs plus haut on ne peut pas faire grand chose contre un système conçu pour génèrer de facto des milliers de pages identiques.

  19. C’est le prix à payer quand essayent de monter un business sur Google . Zlio doit proposer plus de services innovants en marque-blanche ou bar le biais des mashups.

  20. Jilaleo, le prix à payer c’est vite dit. Certes, s’affranchir de Google est indispensable. Cela dit, faire sans Google est pour le moins… hasardeux.

  21. Ce qui m’étonne c’est que l’équipe de Jeremy Berrebi a réussi à lever 4x son CA (4 MUSD sur 660’000 EUR de CA) avec comme levier de croissance (quasi exclusif si j’ai bien compris) le référencement sur Google tout en étant border line avec les “Google Rules”.
    A mon avis, ils ont du squizzer le paragraphe “Analyse de Risques” dans leur Business Plan 😉

  22. @Jeremie, je ne veux pas enfoncer le clou mais sur anteane.fr il indique qu’il faisait 1000 visites/jour avec Google et qu’il a réussi, après un long travail, a avoir 1000 visites/jour en se passant de Google. Ce qui veut dire que sans pénalité de Google sur Zlio il ferait 2 fois plus de visites.
    Autre point, combien de vendeurs sur Zlio vont faire l’effort de remonter leurs stats ?

    Je sais que je vois le verre à moitié vide, ce n’est pas dirigé contre Zlio mais je regarde toujours le négatif avant le positif. On avance en corrigeant les problèmes pas en s’extasiant sur ce qui fonctionne.

  23. Bonjour,

    @sand, qui se demande comment lever 4 ooo ooo us$ et ce sans business plan (d’après la réponse de Jeremie Berrebi)

    Il faut avoir fait ses preuves avant, et jouir d’une bonne image, avoir un gros réseau de bloggeurs “influents” qui vont tous s’extasier sur une “revolution” du web 2.0, un grand bidonnage qui fait passer des vessies pour des lanternes.

    Zlio n’est que la transposition de la vente tupperware sur le net…en moins efficace, en plus pompeux, je te laisse le soin de juger l’humilité du pitch : “devenir la plus grosse force de vente du monde”…

    De quel monde ?

    Celui des kelkon.fr qui fait croire à l’internaute qu’il trouvera le “meilleur prix” alors que c’es archi faux…et qui se livre au racket des e-commerçants référencés…

    Celui de WIkicon.fr qui utilise le contenu de milliers de blogs gratuitement, pour générer du trafic qu’il monétise par ailleurs à son seul et unique profit, rétribuant les auteurs (volontaires en plus!) avec des couronnes en papiers…et des titres de “roi des bloggeurs”…!

    Berrebi est de la veine des Chappaz et autres Bobos 2.0 qui vous font croire à la killer-app, alors qu’ils ne sortent que des transposition de vieilles pratiques commerciales contestables sinon détestables…

  24. Paikan, votre propos n’est-il pas quelque peu excessif ? Zlio ne me convainc pas non plus. Je trouve même le concept creux et la popularité surfaite (merci les “influenceurs”). Cela dit, reprocher à quelqu’un de reproduire un modèle qui a fait ses preuves est au moins injuste.

  25. @AL-Kanz, je me suis mal fait comprendre.

    Je ne reproche à personne de reproduire un modèle qui a fait ses preuves.
    Je reproche le “buzz” que l’on fait autour de vieux modèles, pour faire croire qu’ils sont novateurs, voir revolutionnaires!

    Ce “buzz” est orchestré par des entrepreneur qui ont tiré profit de l’internet dans les années 90, souvent avec des idées qui étaient alors novatrices, et qui aujourd’hui se servent de leurs succés passés, pour emballer des modèle économique creux dans une sauce 2.0 insipide…

    Il me semble que c’est à la limite de la malhonneteté intellectuelle, car je ne vois pas comment on peut lever 4 000 000 US$ avec un site dont le modèle économique est basé sur l’affiliation-tupperware et dont le traffic repose uniquement sur Google, sans raconter des salades aux investisseurs et se faire passer pour plus novateurs qu’on ne l’est…

    Je pense que ces investisseurs là, se sont simplement laissés abuser par la réputation du fondateur et par son discours habile.

    Je n’enlève rien au mérite de J Berrebi, au contraire, je suis admiratif de sa capacité à lever des fonds pour des projets qui les méritent pas, par contre je reste perplex quant à leur utilisation, vu la pauvreté du résultat…

    Pour conclure mon reproche ne porte pas sur le manque d’originalité du modèle, mais sur la dénaturation dont il fait l’objet : l’affiliation tupperware ça marche, Zlio ça ne marche pas, ça pollue le net, en produisant des milliers de pages identiques auxquelles on donne le nom de “boutique”…Boutiques qui ne vendent rien d’ailleurs…

    Google ne s’y est pas trompé, surprenant que les investisserurs n’en aient pas fait autant.

  26. Une petite remarque sur l’estimation des visites sur les boutiques Zlio : celles qui ont leur propre nom de domaine sont effectivement hors stats. Ne pensez-vous pas que ce sont les plus travaillées ? Et que leurs auteurs sont parmi les plus motivés ? Et que ce qui les motive, c’est de voir leur zlioshop fréquenté ?

    En clair, les 5% des boutiques qui disposent de leur propre nom de domaine, ça doit représenter 40 à 50% des visites, et probablement une proportion plus élevée du CA de Zlio.

  27. D’autant plus que le lien donné par Jeremie Berrebi sur “un article plus positif” date du début 2008 et qu’à ce jour, les positionnements sur poussettes avec d’autres mots clés ne sont plus fonctionnels même sur yahoo et voila. C’est dire

  28. Vous n’êtes pas sur le service après vente de Zlio. La discussion initiale était sur la pérennité d’un business model.
    Je ferme ce sujet.

Comments are closed.